Recherche

Votre navigateur vous permet de vous abonner facilement à de nouveaux flux, en cliquant sur les liens ci-dessous. Fils RSS Arts en Scènes

6 septembre 2006 :

La semaine dernière, la grêle frappa de nombreuses parcelles à Rully et aux alentours. Seuls de très rares endroits furent épargnés, par miracle. Jean-Claude m’invite à visiter ses vignes de Champ Cloux pour me montrer comment le fruit a réagi à ce bombardement. Je suis surpris par la résistance du raisin. Je pensais que nous le trouverions en lambeaux.

JPEG - 26.2 ko
le réfractomètre
L’appareil de la vérité : le réfractomètre. A partir d’une goutte de jus de raisin, l’indice de sucre se lit dans la visée. C’est ce procédé moderne qui permet de prévoir le terme des vendanges.

En réalité seuls quelques grains sont éclatté au sommet de la grappe, les autres sont préservés. La nature est bien faite.

Une chose préoccupe cependant Jean-Claude. C’est de rentrer la vendange dans les meilleures conditions. C’est tout un art de déclencher la vendange, de trouver le point optimal de maturité. Jean-Claude a déjà contrôlé par réfractomètre le degré potentiel d’alcool et pour afiner l’analyse, il a envoyé un échantillon prélevé sur toute la parcelle à un laboratoire d’oenologie..

JPEG - 42.7 ko
De gros sabots bien ronds et prometteurs
La grêle a épargné quelques gros sabots bien ronds et prometteurs.

En 2004, dans une même situation, deux semaines de vent chaud et sec avait sauvé une récolte qui s’annonçait mal. Mais même cette année-là, par précaution, tous les vignerons avaient décidé des couper d’urgence les grappes touchées par la grêle.

Répondre à cet article

Forum


  • Un message, un commentaire ?
    Qui êtes-vous ? (optionnel)

Forum